lien web de la Radio Citoyenne

Espace Multimedia

La Radio Citoyenne Panafricaine

radio online

Actuellement en Ligne

Nous avons 903 invités et aucun membre en ligne

Il y a six mois, le premier cas de Covid-19 était détecté en Afrique

Le 14 août, l'Afrique a marqué le sixième mois depuis que la maladie à Covid-19 a été détectée pour la première fois sur le continent. Alors que le virus a progressé à un rythme accéléré dans de nombreuses autres régions du monde, l'évolution de la pandémie sur le continent africain a été différente, note l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Une analyse préliminaire de l’OMS révèle qu'une augmentation exponentielle des cas, qui culmine environ deux à trois semaines plus tard, n'est pas observée en Afrique. Bien au contraire, de nombreux pays connaissent une augmentation progressive des cas de Covid-19 et il est difficile de discerner un pic précis. Les schémas de transmission diffèrent également entre les pays, mais surtout à l'intérieur des pays.

Lire la suite : Il y a six mois, le premier cas de Covid-19 était détecté en Afrique

Les sociétés militaires privées : des acteurs au cœur des conflits

Depuis le milieu des années 90, le GRIP a développé une expertise importante sur les dynamiques des conflits en Afrique subsaharienne et plus particulièrement en Afrique centrale (dont la région des Grands Lacs et celle du pourtour du lac Tchad), ainsi qu’en Afrique de l’Ouest (y compris l’espace du golfe de Guinée). Nous proposons une approche axée sur l’appréhension et la compréhension de ces crises dans leurs multiples dimensions (politique, économique, socio-culturelle et environnementale) afin d’aborder la question de la sécurité humaine sous ses différents aspects.

Lire la suite : Les sociétés militaires privées : des acteurs au cœur des conflits

L’alerte des organisations ouest africaines:Le lait local est menacé

https://www.lequotidien.sn Des organisations de producteurs et productrices de lait local de six pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre-Ouest, engagées dans la campagne «Mon lait est local», ont profité de la Journée mondiale du lait, célébrée le 1er juin, pour sonner l’alerte sur les menaces qui pèsent sur le lait ouest africain.
«Des producteurs laitiers au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Tchad enregistrent des pertes financières importantes et de cheptel en raison de la pandémie du Covid-19. Pour le mois de mars 2020 par exemple, la laiterie Kossam de l’Ouest au Burkina Faso a enregistré une perte de 6 millions de francs Cfa, soit plus de 9 000 euros», selon des organisations de producteurs et productrices de lait local de six pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre-Ouest. Profitant de la célébration de la Journée mondiale du lait (1er juin 2020), ces acteurs de la filière, membres de la campagne «Mon lait est local», ont associé leurs voix pour réitérer leur appel à l’endroit des dirigeants africains nationaux et régionaux de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Lire la suite : L’alerte des organisations ouest africaines:Le lait local est menacé

AFRIQUE CENTRALE : six propositions de l’Unesco pour des côtes résilientes au climat

La Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’Unesco vient de publier une liste de six propositions, pour réduire la vulnérabilité des espaces côtières en Afrique centrale. Cet apport moral intervient en prélude à la décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030).

Le caractère transfrontalier des menaces auxquelles font face les zones côtières en Afrique centrale et dans le reste monde, pousse les experts à la convocation d’une gestion intégrée de ces espaces naturels. C’est l’appel lancé par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’Unesco. Dans son Rapport technique sur l’état de vulnérabilité côtière des pays d’Afrique centralepublié le 22 juin 2020, les membres de cette commission ont fait six propositions reposant sur une approche régionale centrafricaine en matière de gestion des ressources côtières.

Lire la suite : AFRIQUE CENTRALE : six propositions de l’Unesco pour des côtes résilientes au climat

AFRIQUE : la production des déchets électroniques a atteint la cote d’alerte

Selon le Global E-waste Monitor 2020 de l’ONU, 2,9 millions de tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E) ont été produits en 2019 sur le continent africain. Un véritable danger à la fois sanitaire et environnemental, dans la mesure où l’Afrique accuse un manque criard en matière de politiques et de structures de gestion et de recyclage des D3E.

Lire la suite : AFRIQUE : la production des déchets électroniques a atteint la cote d’alerte

POLITIQUE ÉCONOMIQUE Tony Blair : « L’Afrique peut couper le cordon de l’assistance »

L’ex-Premier ministre britannique travaille aujourd’hui à des plans de relance et plaide pour que le continent pèse davantage dans les relations internationales.
S’ouvrant à Jeune Afrique à la mi-juin, Tony Blair l’admet : les présidents africains avec lesquels il communique quotidiennement et à qui il a envoyé ces dernières semaines des notes – sur les questions de santé publique et de dette, par exemple – sont « anxieux ».
« Ils craignent un effet économique et social dévastateur de la crise du coronavirus », indique l’ancien Premier ministre britannique (1997-2007). Son institut a mis en place depuis douze ans auprès de quatorze chefs d’État, comme Paul Kagame ou Faure Gnassingbé, des cellules d’experts qui les accompagnent dans l’accélération de leurs projets prioritaires, destinés à attirer les investisseurs.

Lire la suite : POLITIQUE ÉCONOMIQUE Tony Blair : « L’Afrique peut couper le cordon de l’assistance »

AFRIQUE CENTRALE : six propositions de l’Unesco pour des côtes résilientes au climat

La Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’Unesco vient de publier une liste de six propositions, pour réduire la vulnérabilité des espaces côtières en Afrique centrale. Cet apport moral intervient en prélude à la décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030).
Le caractère transfrontalier des menaces auxquelles font face les zones côtières en Afrique centrale et dans le reste monde, pousse les experts à la convocation d’une gestion intégrée de ces espaces naturels. C’est l’appel lancé par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’Unesco.

Lire la suite : AFRIQUE CENTRALE : six propositions de l’Unesco pour des côtes résilientes au climat

Le Ghana est le troisième Etat africain à adhérer à la Convention de l’ONU sur l’eau

L’adhésion du Ghana à la Convention sur l’eau fait suite à celle du Tchad et du Sénégal . Après le Tchad et le Sénégal en 2018, le Ghana est devenu le troisième pays du continent africain et hors de la région paneuropéenne à adhérer à la Convention sur la protection et l’utilisation des cours d’eau transfrontières et des lacs internationaux.

Accra a officialisé cette adhésion le mercredi 24 juin dernier, devenant le 44ème Etat-partie de la Convention sur l’utilisation des cours d’eau transfrontières et des lacs internationaux (Convention sur l’eau). C’est aussi le 37ème pays à ratifier la Convention sur le droit relatif aux utilisations des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation (Convention sur les cours d’eau).

Lire la suite : Le Ghana est le troisième Etat africain à adhérer à la Convention de l’ONU sur l’eau

Migrants : les échecs d'un programme de retour volontaire financé par l'UE

Alors qu'il embarque sur un vol de la Libye vers le Nigeria à la fin 2018, James a déjà survécu à un naufrage en Méditerranée, traversé une demi-douzaine d'États africains, été la cible de coups de feu et passé deux ans à être maltraité et torturé dans les centres de détention libyens connus pour la brutalité qui y règne. En 2020, de retour dans sa ville de Benin City (Etat d'Edo au Nigéria), James se retrouve expulsé de sa maison après n'avoir pas pu payer son loyer. Il dort désormais à même le sol de son salon de coiffure.

Lire la suite : Migrants : les échecs d'un programme de retour volontaire financé par l'UE

À Dakar, le front de mer cède du terrain sous les assauts des promoteurs

Une matinée a suffi aux bulldozers pour faire tomber des pans de la colline du phare de Mamelles. Le site, d'où la vue est à couper le souffle, subit les assauts des promoteurs immobiliers, comme une bonne partie du front de mer de Dakar.

Fin mai, un homme s'est présenté avec un permis et a entrepris de terrasser au pied de la colline pour construire un hôtel, causant la stupéfaction des habitants et des élus locaux, raconte Mamadou Mignane Diouf, de l'ONG Forum social. Pourtant, "ici, personne ne doit construire", dit-il, car la colline, surmontée d'un phare emblématique depuis 1864, est une zone verte protégée.

Lire la suite : À Dakar, le front de mer cède du terrain sous les assauts des promoteurs

Violences policières : Une colère populaire qui vient de loin face au déni politique

La vague de manifestations populaires qui secoue la planète et l’hexagone en réaction à l’assassinat de Georges Floyd est certes exceptionnelle mais pas surprenante, inattendue en terme d’ampleur et de propagation mais pas imprévisible, donneuse de puissance mais également confrontée à un déni systémique. Concernant la France, elle souligne à la fois les progrès immenses obtenus par la mobilisation militante depuis plusieurs décennies et l’ampleur du chemin qui reste à parcourir. Elle met en exergue l’importance des conscientisations qui se sont accumulées au cours des luttes passées et leur accélération dans la dernière période [caractérisée par la généralisation à des « blancs » de pratiques banalisées pour les « colorés » des quartiers populaires].

Lire la suite : Violences policières : Une colère populaire qui vient de loin face au déni politique

Consulter Vos mails

Partenaires du PAEDD/CISACS

  • naire 9.png
  • naire 8.png
  • naire 7.png
  • naire 6.png
  • naire 5.png
  • naire 4.png
  • naire 3.png
  • naire 2.png
  • naire 1.png
ONG PAEDD - Copyright Tous droits réservés